Visite de la base hélico sécurité civile Dragon et du CODIS 63 (16-02-2019)

Réussir une journée ?
Il y a plusieurs recettes. En voici une.
Rendez-vous matinal d’une vingtaine d’inscrits,pilotes et leurs familles, pour rendre visite au Dragon 63 à la base hélico de la sécurité civile. Là, nous passons 1H en compagnie de l’équipage de bord qui nous présente ce petit bijou de technologie aux impressionantes capacités. L’appareil ne laisse pas indifférent. Après tout, que ce soit un simple branchage ou trauma, on peut être amené à l’appeler à la rescousse.
Quelqu’uns l’ont déjà emprunté, d’autres l’ont déjà vu en intervention, presque tous l’ont aperçu en vol.
Quelques chiffres pour les amateurs : vitesse de vol de 130 noeuds, 2 moteus turbines de 750 CV, 270 kg de charge utile de treuillage avec un câble de 90 m (équivalent à 30 étages), consommation 350 kg de kérosène/H, prix 5 500 000 €, cout de fonctionnement 3 000€/H, pas de maintenance (grosse révision) 800 H soit au bout d’un an pour le Dragon 63 qui est un des plus actif de France.

Mais voilà, un départ impromptu (presque comme toujours) pour transférer un malade de l’hopital d’Ambert vers le CHU Montpied et la rencontre prend fin.
Qu’à cela ne tienne, nous improvisons une thématique « sécurité ». Direction le CODIS 63 (où Séb Pompier a ses entrées) pour la visite du centre opérationnel de traitement des appels de secours aux personnes. Plateau téléphonique, outils de géolocalisation, moyens disponibles ou engagés en temps réel, procédures,…cette face cachée et toute sa logistique sont impressionnante.
Il reste des amateurs ? Environ 300 appels par jours dont la moitié donne lieu à un départ de secours. Sur l’année ce sont à peu près 50 000 interventions.
Et comme aujourd’hui c’est jour de chance, alors que nous sortons du CODIS, le Dragon arrive pour déposer son passager au CHU. Le personnel de bord passe encore une bonne demi-heure avec nous à nous présenter l’intérieur de l’appareil et présenter des anecdotes. Le pilote et le mécano de bord se montrent aussi très intéressés et curieux du parapente. Pas de moteur et 20 à 30 m² de toile…nous partageons le même élément et pourtant que nos aéronefs semblent éloignés !

Fin de la matinée, direction Coudes pour un pique-nique sur la terrasse surplombant l’Allier d’illustres membre du club.
Et puisqu’il fait si beau, direction le fief du club, Valbeleix, pour une carte postale sur le Massif enneigé du Sancy.

Réussir une journée, ce n’est pas si compliqué :
* Quelques idées qui gravitent autour de notre passion, qu’elle soit un loisir ou un métier ;
* Une bonne météo ;
* Des femmes & des hommes d’agréables compagnies.

A bientôt pour une nouvelle recette.

Laisser un commentaire